5 choses à retenir sur le Renault Austral, futur SUV du constructeur au Losange

Zapping Autonews Green Ford F-100 Eluminator : le pick-up retrofité en vidéo

Renault a créé la surprise début décembre 2021 en annonçant le nom de son prochain véhicule. En publiant une mystérieuse vidéo, le constructeur au Losange a annoncé que son nouveau SUV s’appellerait Austral. Avec ce nouveau véhicule qui s’inscrit dans la stratégie de son nouveau patron Luca de Meo, Renault souhaite “poursuivre son offensive pour la reconquête du segment C initiée avec l’Arkana et la Mégane E-Tech Electric”.

Et il y a encore du travail, puisque Renault doit faire face à la féroce concurrence de Peugeot. Le Lion est bien en place sur le segment des SUV avec ses deux best-sellers, le 3008 et le 5008. Il faudra encore attendre quelque temps pour savoir si ce nouveau modèle est à la hauteur de la concurrence. En attendant, on vous en dit plus sur ce futur modèle en cinq points à retenir.

Il va remplacer le Kadjar

Renault Austral (2022)Lancer le diaporama
Renault Austral (2022) | Les spyshots du nouveau Kadjar
+14

Renault Austral (2022)Credit Photo – Renault

Cela a clairement été annoncé par Renault : l’Austral va venir remplacer le Kadjar au sein de la gamme du constructeur. Ce dernier est en fin de vie et n’a jamais réellement trouvé son public, malgré le restylage introduit en 2018. Et sa fiabilité souffre d’une mauvaise réputation. Le Renault Austral conservera peu ou prou les dimensions du Kadjar, avec une longueur annoncée à 4,51 mètres, soit deux petits centimètres supplémentaires. Cette petite hausse pourrait permettre d’améliorer le volume du coffre ou l’espace aux jambes pour les passagers installés sur la banquette arrière. Les matériaux utilisés à bord devraient quant à eux être de meilleure qualité.

Son nom se veut plus simple à prononcer

Renault Austral (2022)Lancer le diaporama
Renault Austral (2022) | Les spyshots du nouveau Kadjar
+14

Renault Austral (2022)Credit Photo – Renault

Avec ce patronyme jamais utilisé auparavant, Renault mise sur l’universalité. “C’est un terme répandu, présent dans de nombreuses langues européennes et facile à prononcer”, explique la marque. Cela reste du marketing, mais le Losange cherche également à évoquer “les couleurs et la chaleur de l’hémisphère Sud” à travers ce nom qui peut être perçu comme “une invitation au voyage”.

Son design sera plus moderne

Renault Austral (2022)Lancer le diaporama
Renault Austral (2022) | Les spyshots du nouveau Kadjar
+14

Renault Austral (2022)Credit Photo – Renault

On a vu peu de choses de ce nouveau Renault Austral pour le moment, si ce n’est un bout de sa face arrière, et quelques spyshots volés par des photographes espions. On peut toutefois deviner des feux arrière en forme de C, à la manière de ceux du dernier Renault Captur. À l’avant, l’Austral devrait se doter de phares à minces LED sur la base de son capot. Ces phares pourraient se rejoindre via le logo central, qui pourrait être illuminé. La calandre devrait elle être concave. Les prises d’air de la face avant devraient aussi être remodelées par rapport au Kadjar. Globalement, même s’il sera plus compact, le Renault Austral devrait conserver des lignes proches de celles du Kadjar afin de conserver son identité de SUV.

Une version hybride envisagée

Comme le nouveau Nissan Qashqai, le Renault Austral devrait être basé sur la plateforme modulaire CMF-C, issue de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Cette base technique devrait permettre au SUV de se doter de meilleurs équipements technologiques, notamment des aides à la conduite. Sous le capot, il pourrait accueillir une motorisation hybride similaire à celle du Captur, avec un moteur quatre cylindres 1.6 essence associé à un moteur électrique. La puissance totale de cette version hybride pourrait être fixée autour des 160 ch.

Il sera présenté prochainement

Renault Austral (2022)Lancer le diaporama
Renault Austral (2022) | Les spyshots du nouveau Kadjar
+14

Renault Austral (2022)Credit Photo – Renault

On ne devrait pas avoir à attendre trop longtemps pour mettre les mains sur ce nouveau Renault Austral. Le constructeur français a annoncé que le SUV inédit serait présenté au printemps 2022, ce qui entraînerait sans doute une arrivée en concession et une commercialisation au second semestre 2022. L’Austral promet en tout cas d’être une nouveauté importante de l’année à venir.

En bref

Renault va commercialiser en 2022 l’Austral, un SUV doté d’une motorisation hybride qui va venir remplacer le Kadjar au sein de la gamme du constructeur au Losange. Voici les cinq poins à retenir sur ce futur véhicule qui aura pour mission de concurrencer le Peugeot 3008.

Quentin Guéroult

Albums Photos

Smart retire la Forfour électrique de son catalogue et aurait cessé de la produire

Zapping Autonews Green Citroën My AMI Buggy Concept : la voiturette de plage en vidéo

L’année 2021 s’achève, et la carrière de la Smart Forfour aussi. La citadine à quatre portes a disparu du catalogue du constructeur. Et d’après nos confrères du site Electrive, la voiture ne serait carrément plus produite La Forfour électrique — appelée EQ Forfour — avait été lancée en 2017. Enfin, en 2019, Smart a franchi le cap du tout électrique en cessant de commercialiser toutes les versions thermiques de ces modèles.

Cet arrêt de la production de la Smart EQ Forfour pourrait être un pas de plus vers le renouvellement de la gamme Smart. La marque est en partie passée sous le giron de Geely suite à des accords avec Daimler en 2021. Sous l’impulsion du géant chinois, Smart devrait dévoiler un premier modèle de SUV électrique en 2022 afin de revenir sur le devant de la scène et diversifier son offre qui, jusqu’à aujourd’hui, était quasiment cantonnée à des micro-citadines.

Deux modèles encore proposés par Smart

Smart EQ Forfour (2019)

Smart a présenté en 2021 un concept de SUV qui préfigure le modèle à venir en 2022.Credit Photo – Autonews

Pour rappel, la Smart EQ Forfour était dotée d’une motorisation électrique de 82 ch (60 kW) pour 160 Nm de couple. Sa batterie litium-ion de 17,6 kWh lui permettait de parcourir jusqu’à 130 kilomètres en une seule charge. La citadine avait été restylée en 2019, avant de disparaître tout bonnement du catalogue en 2021. Ne reste plus donc au catalogue de Smart que la EQ Fortwo et sa déclinaison cabriolet.

En bref

Smart cesse de commercialiser l’EQ Forfour, version électrique de la Forfour. La citadine a disparu du catalogue de la marque et selon un média, sa production serait même stoppée. Cet arrêt intervient alors que Smart doit dévoiler en 2022 un SUV électrique.

Quentin Guéroult

Un client Bugatti s’offre la bouteille de champagne unique de la marque, voici son prix

Zapping Autonews Toyota Corolla Cross (2022) : le SUV compact hybride en vidéo

Il va pouvoir célébrer le passage à 2022 comme il se doit. Un client de Bugatti s’est offert La Bouteille Noire, une bouteille de champagne unique réalisée par Bugatti et la maison de Champagne Carbon. Directement inspirée par La Voiture Noire, modèle unique créé par Bugatti pour un richissime client, cette bouteille est faite à la main et contient 15 litres de champagne. C’est dans le cadre d’une vente aux enchères à Londres que l’acheteur a pu s’offrir cet objet unique, qu’il va maintenant pouvoir personnaliser en travaillant directement avec Achim Anscheidt, le directeur du design de Bugatti.

La firme de Molsheim précise que “pas moins de 150 heures” de travail ont été nécessaires pour réaliser cette Bouteille Noire. qui repose sur une base éclairée d’une lumière rouge vive reproduisant la signature lumineuse arrière de La Voiture Noire. Ce nabuchodonosor millésime 2000 revêt une apparence façon fibre de carbone, rappelant la sportivité des voitures fabriquées par Bugatti.

LIRE AUSSI – Bugatti La Voiture Noire : à la hauteur de sa prestigieuse inspiratrice ?

Un coffret spectaculaire

Bugatti La Bouteille NoireLancer le diaporama
Bugatti La Bouteille Noire | Les photos de la bouteille de champagne unique
+9

Bugatti La Bouteille NoireCredit Photo – Bugatti

L’écrin qui renferme la bouteille est quant à lui un objet d’art à lui tout seul. Il est constitué d’un ensemble “de 314 feuilles de fibre de carbone préimprégnée”, un matériau utilisé sur les voitures Bugatti. Il intègre un système de refroidissement thermoélectrique et thermodynamique constitué de 14 ventilateurs haut de gamme, afin de faire circuler de l’air froid à l’intérieur et maintenir le champagne à une température optimale. Un bouton en acier inoxydable permet d’ouvrir les portes du boîtier. Celles-ci imitent d’ailleurs “l’aileron central de la Bugatti Type 57SC Atlantic”, voiture qui a elle-même inspiré La Voiture Noire. L’intérieur du coffret est recouvert de cuir pleine fleur Havana Brown.

Un record de prix ?

Bugatti La Bouteille NoireLancer le diaporama
Bugatti La Bouteille Noire | Les photos de la bouteille de champagne unique
+9

Bugatti La Bouteille NoireCredit Photo – Bugatti

Bugatti ne communique pas officiellement sur la somme d’argent déboursée par l’acheteur qui s’est offert La Bouteille Noire. Plusieurs de nos confrères parlent toutefois d’un prix fixé à 250 000 €, voire 300 000 €. Si tel est le cas, cela pourrait être un record de prix pour une bouteille de champagne. Et cela ne serait qu’un peu plus de 2% du prix de la Bugatti La Voiture Noire qui, pour rappel, a été vendue pour 11 millions d’euros hors taxes.

Ce n’est en tout cas pas la première fois que Bugatti collabore avec Champagne Carbon. En 2018, les deux marques avaient créé l’ƎB.01, un champagne qui visait à célébrer les 110 ans du constructeur de voitures de luxe français.

Pour résumer

En collaboration avec une maison de champagne, Bugatti a créé La Bouteille de Noire, une bouteille de champagne de 15 litres présentée dans un impressionnant coffret qui la maintient à la bonne température. La Bouteille Noire a été vendue lors d’une vente aux enchères à Londres pour un prix qu’on estime compris entre 250 000 et 300 000 €.

Quentin Guéroult

Albums Photos

Hyundai démonte la Ioniq 5 en vidéo, voici comment elle a été transformée

Zapping Autonews Green Kia EV9 : le concept-car sud-coréen en vidéo

Que deviendront les voitures électriques et leurs batteries une fois leur durée de vie dépassée ? Difficile de répondre à cette question pour le moment. Dans une vidéo publiée sur son site, le constructeur sud-coréen Hyundai tente cependant d’apporter une solution au recyclage des véhicules électriques, en imaginant une transformation inattendue de la Ioniq 5.

La vidéo montre la voiture électrique être littéralement désossée dans un hangar. L’équipe en charge du démontage du SUV commence par la carrosserie, avant de s’attaquer à l’habitacle et au tableau de bord. Sous le plancher de la voiture, les batteries n’échappent pas aux démonteurs qui s’en occupent minutieusement. Une fois toutes les pièces posées les unes à côté des autres, la vidéo montre des ingénieurs travailler sur un nouveau projet, avant de dévoiler le résultat de la transformation : un purificateur d’air !

LIRE AUSSI – Le Hyundai Nexo à hydrogène réussit sa tentative de record d’endurance sur glace

De nombreuses pièces réutilisées

Si toutes les pièces de la voiture n’ont évidemment pas pu être compactées dans un si petit appareil, plusieurs éléments ont été recyclés afin de créer cet objet. Outre les batteries qui servent à apporter de l’énergie dans l’engin, on retrouve à l’extérieur les feux arrière de la Ioniq 5, ou encore les écrans de la planche de bord. À l’intérieur du purificateur, Hyundai indique avoir réutilisé le filtre à air, le ventilateur de refroidissement, une jante 20 pouces, et même le logo Ioniq 5.

L’idée de purifier l’air est chère à Hyundai, qui se targue de l’appliquer avec le Nexo — un SUV doté d’une pile à combustible à hydrogène — qui purifie l’air en roulant.. Si le purificateur d’air ne semble pas avoir vocation à être commercialisé, il pourrait préfigurer la retraite durable des véhicules zéro émission.

En bref

Afin d’imaginer le futur recyclage des véhicules électriques, Hyundai a réalisé une vidéo dans laquelle une équipe de démonteurs désosse une Ioniq 5. Certaines des pièces ont été réutilisées pour créer un purificateur d’air.

Quentin Guéroult

Albums Photos

Aito M5 (2022) : le SUV électrique signé Huawei arrive, une grande autonomie annoncée

Zapping Autonews Green DS7 Crossback Élysée : le nouveau SUV présidentiel en vidéo

Pourra-t-on bientôt acheter sa voiture dans la même boutique que son téléphone ? C’est ce que promet Huawei, qui a dévoilé peu avant Noël 2021 le Aito M5, son propre SUV électrique. Huawei va en effet distribuer ce véhicule dans ses boutiques, tandis que la marque Seres va s’occuper de la fabrication. Le Aito M5 est basé sur le Seres SF5, un autre SUV électrique.

Long de 4,77 mètres et large de 1,93 mètre, cet Aito M5 présente un empattement de 2,88 mètres. En termes de design, il adopte un capot plongeant vers l’avant et une large calandre. Le profil est marqué par des roues de 20 pouces et une carrosserie assez sculptée. L’arrière cède quant à lui à la mode des barres de LED. Celle-ci relie les deux feux qui arborent une signature visuelle en forme de C.

La voiture connectée

Aito M5 (2022)Lancer le diaporama
Aito M5 | Les photos du SUV électrique de Huawei
+6

Aito M5 (2022)Credit Photo – Huawei

Le point le plus intéressant de cet Aito M5, c’est clairement son habitacle. Il s’agit de la première voiture à être équipée du système d’exploitation HarmonyOS, ce qui lui permet de proposer un cockpit intelligent. Créé par Huawei, ce système est intégré via un écran tactile 15,6 pouces 2K HDR situé sur la console centrale, tandis que le combiné d’instrumentation numérique est constitué d’un écran de 10,25 pouces. Il permet à la voiture de communiquer avec les autres appareils Huawei du conducteur ou des passagers, afin de créer un véritable écosystème. Téléphones, montres intelligentes, maisons connectées : Huawei a tout prévu et imagine sa voiture comme un “super terminal” qui peut “communiquer de manière transparente avec les gens” et leurs appareils. Le toit en verre panoramique permet, lui, d’apporter beaucoup de lumière dans cet habitacle.

Trois versions au catalogue

Aito M5 (2022)Lancer le diaporama
Aito M5 | Les photos du SUV électrique de Huawei
+6

Aito M5 (2022)Credit Photo – Huawei

Basé sur la plateforme technique à autonomie étendue Huawei DriveONE, le Aito M5 est équipé d’un moteur électrique de 200 kW (environ 271 ch) et 360 Nm de couple à l’arrière en version 2 roues motrices, tandis que la version 4 roues motrices Performance est dotée de deux moteurs 165 kW et 150 kW pour l’avant et l’arrière, pour une puissance cumulée de 315 kW (428 ch) et un couple total de 720 Nm. Une version 4 roues motrices Ultime associe enfin le moteur arrière 200 kW au moteur avant 165 kW, pour offrir une puissance totale de 365 kW (environ 496 ch) et 675 Nm. Dans cette version, l’Aito M5 peut accélérer de 0 à 100 km/h en 4,4 secondes.

Un moteur thermique pour prolonger l’autonomie

Aito M5 (2022)Lancer le diaporama
Aito M5 | Les photos du SUV électrique de Huawei
+6

Aito M5 (2022Credit Photo – Huawei

Si les roues du Aito M5 sont donc bien entraînées par des moteurs électriques, son autonomie repose encore sur le thermique. Huawei annonce que celle-ci peut aller jusqu’à 1242 kilomètres selon le cycle d’homologation chinois CLTC. En fait, la voiture embarque une petite batterie 40 kWh associée à un moteur quatre cylindres 1.5 de 125 ch qui, avec du carburant, génère de l’énergie pour augmenter l’autonomie. “Il peut générer 3,2 kilowattheures d’électricité par litre”, précise Huawei.

Le prix du SUV de Huawei

Aito M5 (2022)Lancer le diaporama
Aito M5 | Les photos du SUV électrique de Huawei
+6

Aito M5 (2022Credit Photo – Huawei

L’Aito M5 va être commercialisé à un prix compris entre 250 000 et 320 000 yuans, soit environ 34 500€ et 44 300€. Dans 42 villes de Chine, 180 magasins Huawei exposent déjà le SUV électrique à l’heure où nous écrivons ces lignes. Le nombre de magasins devrait être porté à 500 dans 118 villes en 2022. Le géant chinois indique qu’il est possible de réserver un essai via le site officiel d’Aito ou dans l’application Huawei.

En bref

Avec la marque Aito, Huawei va commercialiser son propre SUV électrique, le M5. Doté d’un prolongateur d’autonomie thermique, il serait capable de parcourir 1242 kilomètres avec sa batterie et son réservoir remplis, selon les chiffres du cycle d’homologation chinois. Il embarque le système d’exploitation HarmonyOS, ce qui lui permet de se connecter à tous les appareils Huawei. L’Aito M5 sera proposé dans trois motorisations différentes.

Quentin Guéroult

Albums Photos

5 citadines électriques essayées que l’on vous recommande pour 2022

Zapping Autonews Green DS7 Crossback Élysée : le nouveau SUV présidentiel en vidéo

Idéales pour la ville, avec des autonomies suffisantes au quotidien, les citadines électriques sont aujourd’hui nombreuses sur le marché. La plupart ont pu passer par la rédaction d’Autonews à l’occasion d’essais constructeurs ou de tests urbains et périurbains centrés sur leur usage de prédestination. En voici une sélection de cinq modèles récents qui ne manquent pas d’intérêt pour l’année 2022. Cinq choix pour un public varié, sans ordre de préférence mais chacun avec des spécificités qui méritent l’attention.

Dacia Spring

Photo d'illustration

Dacia SpringCredit Photo – Dacia

Le défi de Dacia était grand en arrivant sur le marché de la voiture électrique. Grâce au bonus, la marque roumaine réussit à proposer une mini-citadine à batterie à partir de 12 403 €. Il n’y a pas moins cher avec cette énergie et elle s’aligne avec les tarifs de concurrentes thermiques. Ces dernières seront plus polyvalentes mais l’intérêt de la Dacia réside dans son permis d’accès à toutes les villes soumises à restriction de circulation et dans son accessibilité sur le plan de la prise en main, aussi bien en termes de conduite que technologique. Douce à conduire, maniable et silencieuse en ville, elle est aussi spacieuse avec un coffre de 270 litres. Sa batterie lui permet de dépasser les 200 km d’autonomie. Hors des villes, la conduite devient plus aléatoire et le niveau de performance dégringole. Le manque de puissance du moteur et de rigueur du châssis se font sentir. Le siège qui ne se règle pas en hauteur et le volant fixe n’aident pas à améliorer le ressenti. La Spring est une pure citadine et se concentre exclusivement sur cette tâche.

Points forts / points faibles selon la rédaction

Les points forts

  • Prix avec bonus
  • Espace intérieur
  • Facilité de prise en main en ville

Les points faibles

  • Tenue de route et performances
  • Présentation
  • Réglage de la position de conduite

Fiat 500e

Photo d'illustration

Fiat 500eCredit Photo – Fiat

La nouvelle version de la Fiat 500, devenue 100 % électrique au passage, se veut plus haut de gamme, plus premium. Sa carrosserie grossit et soigne sa présentation dans ce sens. Dommage que l’intérieur n’ait pas amélioré la qualité de ses plastiques. Il présente tout de même bien avec des lignes agréables et épurées. On apprécie également la conduire grâce à des commandes bien calibrées et une tenue de route plaisante. Il faudra réserver cette 500e aux déplacements à proximité des villes, ne pouvant pas assumer l’emport de trop de bagages et disposant de deux places arrière que seuls des enfants pourront apprécier. Les longs voyages ne seront pas à la portée de ses 230 km d’autonomie relevés avec la batterie de 42 kWh (37,3 kWh utiles). Ce qui incite à lui préférer la version à petite batterie (21,3 kWh nets). Elle permet à la 500e de gagner 110 kg (1 180 kg), de diminuer logiquement les consommations et de limiter la perte d’autonomie, annoncée à 190 km, tout en offrant des temps de recharge grandement raccourcis. Avec elle, une simple prise domestique suffit à la recharger complètement en une nuit (8h45) et en 2h30 au mieux avec une Wallbox de 11 kW. Le prix diminue de la même façon pour s’accorder avec le bon niveau de prestations général, placé à partir de 18 500 € avec le bonus. Une version à privilégier donc.

Points forts / points faibles selon la rédaction

Les points forts

  • Présentation extérieure
  • Châssis
  • Prestations de la version à “petite” batterie

Les points faibles

  • Espace arrière
  • Qualité des matériaux en retrait

Mini Cooper SE restylée

Photo d'illustration

Mini Cooper SE restyléeCredit Photo – Mini

Le restylage de la Mini Cooper SE la rapproche encore plus des versions thermiques. La Cooper S essence est en effet très proche en prix, en performances et en apparence. Avec cette version à batterie, on gagne en reprise (4,3 s de 80 à 120 km/h) ce que l’on perd en rayon d’action mais pour le quotidien, avec près de 200 km d’autonomie, les citadins s’assureront leur entrée en ville et réaliseront des économies à l’usage. Un peu également à l’achat grâce au bonus la plaçant à partir de 27 900 € ainsi que des offres de location généralement intéressantes, à étudier. Cela reste un prix “premium”, comme son niveau de finition sans reproche. Le comportement est toujours aussi joueur mais les suspensions sont très fermes et donc moins adaptées à la ville, paradoxalement. Les places arrière, difficilement accessibles, pourront plutôt servir à accroître le volume de coffre de 211 litres. En outre, elle est relativement rapide à la recharge avec sa capacité nette raisonnable de 28,9 kWh.

Points forts / points faibles selon la rédaction

Les points forts

  • Style
  • Finition
  • Reprises
  • Dynamisme

Les points faibles

  • Prix
  • Grande fermeté
  • Places arrière

Renault Twingo E-Tech Electric

Photo d'illustration

Renault Twingo E-Tech ElectricCredit Photo – Renault

Il sera difficile de trouver une voiture électrique disposant à la fois d’une aussi petite batterie (22 kWh de capacité brute) avec une autonomie correcte au quotidien comme les 175 km environ de cette Twingo E-Tech Electric, qui n’est pas faite pour les voyages mais totalement adaptée à la ville. Certaines plus grosses citadines ne font pas mieux ou pas beaucoup mieux avec des accumulateurs bien plus imposants. Il est, de plus, possible de la charger à 22 kW de puissance, pour réduire des temps de recharge déjà courts grâce à sa capacité réduite. De quoi passer de 0 à 100 % en 1h30 en courant alternatif dans le meilleur des cas. Très économe, elle est aussi l’un des modèles les plus maniables du marché, avec 4,30 m de rayon de braquage. Parmi les électriques, elle est également l’une des moins chères, à partir de 21 550 €, hors bonus de 27 % de son prix d’achat. Agréable à mener grâce à un châssis amusant, elle impose une certaine fermeté en échange et l’installation du conducteur rappelle la taille du modèle (3,62 mètres), tout comme le peu d’espace à l’arrière et dans le coffre (188 litres).

Points forts / points faibles selon la rédaction

Les points forts

  • Petite batterie
  • Vitesse de charge
  • Consommations
  • Maniabilité
  • Prix

Les points faibles

  • Position de conduite
  • Fermeté
  • Places arrière et coffre

Volkswagen e-up! 2.0

Photo d'illustration

Volkswagen e-up! 2.0Credit Photo – Volkswagen

La mini-citadine allemande propose une offre très complète avec de la place pour les passagers et les bagages (251 litres de coffre), une batterie permettant de parcourir près de 260 km en conditions réelles, grâce à un poids contenu à 1 160 kg et des consommations très basses. À cela s’ajoute une tenue de route stable tout en préservant un bon confort. À partir de 24 190 € hors bonus de 6 000 €, elle fait partie des plus abordables du genre, bien que plusieurs options devront être ajoutées, forcément au sein de packs d’équipements. Sa belle homogénéité poussera à ne pas être trop regardant sur le traitement sans fantaisie de l’intérieur.

Points forts / points faibles selon la rédaction

Les points forts

  • Rapport taille/habitabilité
  • Châssis
  • Autonomie/consommations
  • Prix

Les points faibles

  • Ambiance intérieure
  • Dotation de base
  • Position de conduite à améliorer

En bref

Consultez notre sélection des citadines électriques à acheter en 2022. Cinq modèles essayés au moins une fois par la rédaction au travers desquels vous trouverez les points forts / atouts et les points faibles ou les limites.

Quentin Cazergues

Ce tricycle électrique pourrait être le futur de la circulation en ville

Zapping Autonews Green Ford F-100 Eluminator : le pick-up retrofité en vidéo

On trouve de tout au salon CES de Las Vegas. La mecque du monde de la tech a lieu du 5 au 8 janvier 2022, et accueille plusieurs constructeurs de véhicules, connus ou moins connus. L’entreprise canadienne ElectraMeccanica fait plutôt partie de la seconde catégorie. Sur son stand du salon technologique, elle va présenter au public le Solo EV, un trike électrique.

Avec ce drôle d’engin qui ressemble à s’y méprendre à une voiture délestée de toute sa partie arrière, ElectraMeccanica ambitionne carrément de “révolutionner la mobilité urbaine électrique”. La société assure que “presque 80% des trajets entre le domicile et le travail sont effectués dans des véhicules thermiques”, jamais occupés par plus d’une ou deux personnes. Avec le Solo EV, elle propose donc un véhicule monoplace, doté d’un moteur électrique arrière d’environ 56 ch pour 140 Nm de couple. Les dimensions sont forcément très compactes : le Solo EV mesure un peu moins de 3,1 mètre pour 1,56 mètre de large et 1,35 mètre de haut. L’empattement est de 2,04 mètres. Et à vide, le véhicule ne pèse que 787 kilos.

Une petite batterie pour un usage urbain

ElectraMeccanica Solo EVLancer le diaporama
ElectraMeccanica Solo | Les photos du trike électrique canadien
+4

ElectraMeccanica Solo EVCredit Photo – ElectraMeccanica

La batterie lithium-ion de 17,4 kWh permet quant à elle de parcourir environ 160 kilomètres en une seule charge. ElectraMeccanica précise que le Solo EV peut atteindre la vitesse maximale de 128 km/h, et réalise le 0 à 100 km/h en moins de 12 secondes. Le temps de recharge varie forcément selon le type de branchement mais en 220V, il faudrait compter 2h30 pour charger la batterie de 0 à 85% selon les données constructeur.

Habitacle tout confort

ElectraMeccanica Solo EVLancer le diaporama
ElectraMeccanica Solo | Les photos du trike électrique canadien
+4

ElectraMeccanica Solo EVCredit Photo – ElectraMeccanica

À l’intérieur du ElectraMeccanica Solo EV, le conducteur peut profiter d’un combiné d’instrumentation numérique avec un écran LCD, d’un système d’infodivertissement compatible USB et Bluetooth, mais aussi de la climatisation, d’un siège chauffant, d’un frein de parking électronique, et même d’un accès sans clé. Pour le reste des équipements, le trike est équipé de la direction assistée, de vitres et rétroviseurs électriques, de freins à disques, et même d’une caméra de recul.

Version utilitaire… et cabriolet

ElectraMeccanica Solo EVLancer le diaporama
ElectraMeccanica Solo | Les photos du trike électrique canadien
+4

ElectraMeccanica Solo EVCredit Photo – ElectraMeccanica

Au CES, le constructeur canadien va également présenter des déclinaisons du Solo EV. ElectraMeccanica a annoncé la présence du Solo Cargo, une version modifiée pour répondre aux besoins des entreprises en offrant plus d’espace à bord. Ce modèle pourrait par exemple être utilisé pour livrer de la nourriture ou équiper les employés de villes. Enfin, une variante cabriolet du Solo EV — appelée Solo O2 — va être dévoilée.

Fabriqué en Chine, l’ElectraMeccanica Solo EV est commercialisé à partir de 18 500 $, soit environ 16 500 € à l’heure où nous écrivons ces lignes. Le trike électrique n’est pas vendu en France. Il faudra donc ajouter les frais de transport et d’importation si vous souhaitez le faire rouler dans nos contrées.

En bref

La société canadienne ElectraMeccanica commercialise un trike 100% électrique, appelé Solo EV. Au CES de Las Vegas en janvier 2022, elle présente ce modèle au look de voiture coupée en deux, ainsi qu’une déclinaison utilitaire Cargo et un concept de cabriolet.

Quentin Guéroult

Albums Photos

Ce préparateur néerlandais transforme le nouveau Defender en cabriolet

Zapping Autonews Renault AIR4 : le concept-car volant en vidéo

Land Rover est l’une des premières marques à avoir lancé la mode du SUV cabriolet, avec le Range Rover Evoque. Mais le constructeur britannique ne semble pas prévoir de version découvrable du Defender. Qu’à cela ne tienne, le préparateur néerlandais Heritage Customs a décidé de s’en occuper. Cette entreprise propose en effet de transformer le nouveau Land Rover Defender 90 en cabriolet, en supprimant toute sa partie haute arrière pour laisser place à une véritable capote.

Il ne s’agit cependant pas d’un véritable SUV cabriolet comparable au Volkswagen T-Roc ou au Nissan Murano CrosCabriolet. Celui-ci est en réalité un semi-découvrable, car seule la partie arrière peut s’ouvrir grâce à un système d’ouverture électrique. Ce Defender signé Heritage Customs rappelle ainsi le premier Land Rover, qui avait été lancé en 1948 et possédait lui aussi une capote. Le Defender Valiance Cabriolet — c’est son nom — ne devrait être produit qu’à cinq exemplaires en 2022.

De nombreux détails revus par le préparateur

Land Rover Defender Valiance Cabriolet (2022)Lancer le diaporama
Land Rover Defender | Les photos de la version cabriolet par Heritage Customs
+8

Land Rover Defender Valiance Cabriolet (2022)Credit Photo – Heritage Customs

Heritage Customs ne s’arrête pas à une simple transformation du toit du 4×4. Le préparateur propose de nombreuses options de personnalisation, et commercialise trois versions différentes de ce modèle cabriolet. Trois teintes de carrosserie ont été spécifiquement développées pour l’occasion, et elles s’appellent Bleu Côte d’Azur, Rouge Kokkini Paralia ou encore Vert Solihull Sand. Le Defender Valiance Cabriolet est aussi équipé de pare-chocs avant et arrière peints en noir, de jantes spécifiques, de pneus BF Goodrich, de sièges sport, d’un volant en cuir, d’un habitacle recouvert de cuir Spinneybeck et de métal, ou encore d’une capote colorée.

Le coût de la transformation est fixé à 138 500€, ou 160 000$ pour les clients américains. Il est d’ores et déjà possible de réserver le sien sur la boutique en ligne du préparateur.

Pour résumer

Un Land Rover Defender, ce n’est pas commun. Le préparateur néerlandais Heritage Customs a décidé d’en produire cinq pour l’année 2022, en transformant le dernier modèle de Defender 90 en 4×4 semi-découvrable. Le prix ? 138 500€.

Quentin Guéroult

Albums Photos

Un nouvel autoradio Android chez Atoto

Zapping Autonews Prototype Diana (2021) : la Seat Leon autonome en vidéo

Le S8G2A75P est un combiné double DIN avec écran tactile de 7 pouces sans lecteur mécanique. Il est dédié aux sources nomades. Pour lire musiques et vidéos dans les formats courants, il possède un port USB et un lecteur micro SD. On appréciera particulièrement sa nouvelle interface graphique, entièrement personnalisable avec des Widgets. Si on préfère un GPS off line à une application connectée utilisant la 4G, on peut rajouter un soft de navigation comme Sygic. Un mode SmartLink permet d’afficher le contenu d’un Smartphone à l’écran de l’autoradio. Bien entendu, on dispose du Bluetooth mains-libres et audio streaming. Ce combiné possède un tuner FM RDS, mais pas le DAB, ce qui est un peu dommage. Toutefois, via les Webradios, on peut écouter n’importe quelle radio en bonne qualité. Pour les fonctions classiques, il possède un ampli 4×49 Watts, des sorties lignes, un DSP, une entrée audio/vidéo, une entrée caméra, … En option, on peut rajouter un module OBD, un module TPMS pour la pression des pneus, une caméra DVR… Pour le moment, tarif et date de commercialisation n’ont pas encore été annoncés.

Pour résumer

Atoto est un marque asiatique spécialisée dans les autoradios Android « plug and play » pour certaines voitures. La marque propose aussi des modèles universels en double DIN, comme le S8G2A75P. Grâce au Play Store de Google, on peut ainsi avoir un autoradio connecté avec de nombreux services d’aides à la conduite, et de nombreuses distractions musicales.

Alexandre Boillod-Cerneux

Les constructeurs automobiles devront bientôt louer les bienfaits des “transports doux” dans leurs publicités

Zapping Autonews Break contre SUV : le choix du père Noël

“Pensez à covoiturer”, “Prenez les transports en commun”, “Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo”. Voilà les messages que vous verrez obligatoirement en dessous d’une publicité automobile à partir du 1er mars 2022. 

En effet, ce mercredi 29 décembre, un arrêté du ministère de la Transition écologique a été inscrit au journal officiel. Ce dernier veut que les fabricants automobiles fassent la promotion des mobilités plus douces. 

L’une des trois phrases que nous vous avons cité sera donc apparaîtra donc forcément en bas de votre écran. Le même principe que les messages de prévention contre la mauvaise alimentation, en vigueur depuis 2017.

Mais ce n’est pas tout. En effet, les constructeurs automobiles devront également indiquer le niveau d’émissions de CO2 de la voiture en question. Le tout, grâce à un code couleur et des lettres allant de A à E, comme le célèbre nutriscore.

Une nouvelle vision des choses

Même si cette méthode n’est pas une garantie d’un changement des mentalités. Cela marque tout de même une nouvelle étape dans le processus d’évolution vers des moyens de transport plus écologiques pour l’avenir et ce n’est pas rien.

Clément Fauriel